0

De la philosophie non-standard …

Une des inspirations du concept d’évaluation non-standard que nous proposons vient de la pensée du philosophe François Laruelle et notamment de son livre « Philosophie non-standard. Générique, quantique, philo-fiction » (Kimé, 2010).

Comment renouveler le pouvoir d’invention de cette vieille discipline qu’est la philosophie et faire de l’invention un style de pensée plutôt qu’un nouveau système ?

C’est l’objectif ici mis en œuvre sous le titre de « philosophie non-standard ». La « philosophie standard », c’est la philosophie traditionnelle, celle qui est reçue comme une norme universitaire, lissée comme une tradition scolastique, avec des axiomes usés ou fatigués, un système d’étiquettes et de gestes codés, et que l’on dit tantôt vivante tantôt morte. C’est aussi l’ombre de cette tradition, une nébuleuse d’opinions et de pratiques, de stéréotypes peu productifs mais qui habillent d’une apparence de bien-penser le fouillis médiatique. On lui oppose une pratique qui n’est plus macroscopique ou corpusculaire des concepts et qui n’a pas d’exemples mais des modèles dans la philosophie et dans les sciences. C’est une combinaison inédite de pensée et de physique, ici de Mécanique quantique dont certaines manières de penser mais non de calculer sont injectées dans la philosophie et permettent d’élaborer une micro physique des concepts. Sciences et philosophies cessent de se confronter et sont forcées à co-opérer, les disciplines ne sont plus que des paramètres sans privilèges ou des variables qui définissent un espace ondulatoire et particulaire de l’opération de penser. Cet espace est celui d’un genre nouveau, la « philo-fiction » que l’on tente de créer, parallèlement à la science-fiction. (extrait de la présentation du livre sur le site des éditions Kimé)

Voir ici la recension de cette ouvrage rédigée par Léo COUTELLEC