0

Partenaires engagés dans le projet EvaGlo

 GIET (http://giet-info.org)

Le GIET (Groupe International d’Études Transdisciplinaires) est une groupe officialisé en 1996 sous forme d’une association loi 1901, faisant suite à un groupe informel. Constitué essentiellement de chercheurs en biologie et de quelques artistes et cadres administratifs, le groupe se consacre au développement des techniques transdisciplinaires et à la réflexion sur la science, notamment dans son rôle structurant dans la société occidentale. Les OGM sont un modèle privilégié pour cette réflexion ; le GIET appelle à une évaluation globale et convaincante dans ce domaine. Le GIET ne reçoit pas de subvention publique et est actuellement intégralement financé par la Fondation Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme (FPH).

INSA-EVS-ITUS (http://evs-itus.insa-lyon.fr)

L’équipe ITUS (Ingénieries Techniques Urbanisations Sociétés ) est la composante INSA de l’UMR 5600 EVS (Environnement Ville Société). Cette équipe traite des modalités par lesquelles les sociétés modernes produisent, constituent et instituent leurs environnements. Ses travaux s’orientent selon trois thèmes de recherche : Ingénieries, Technologies, Dispositifs techniques et spatiaux. C’est en particulier le second axe qui est mobilisé pour le projet EvaGlo. Les membres engagés inscrivent leurs recherches en philosophie, en épistémologie, en éthique et en histoire des idées.

Association PEUV (Pour l’Émergence d’une Université du Vivant)

(http://www.universite-du-vivant.org)

Ses fondateurs sont en majorité des organisations du tiers-secteur : l’Insitut Kepler, l’Institut Technique d’Agriculture Biologique (ITAB), Nature & Progrès, le GIET, le Réseau Semences Paysannes, la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB), l’association Biodiversité, Echanges et Diffusion d’Expériences (BEDE), le Mouvement de Culture Biodynamique (MCBD). L’association a pour but de créer un réseau de recherche et de développement participatif et autonome pour promouvoir une nouvelle culture de respect du vivant en rassemblant des acteurs de tous horizons et de toutes compétences. Ce réseau, intitulé « Université du Vivant », aura pour vocation de contribuer : à l’élargissement du champ épistémologique pour rendre compte de la nature spécifique du vivant, à une co-construction plurielle et participative des savoirs, et au développement de principes éthiques d’action, d’orientation et de conseil. L’association ne reçoit pas de subvention publique et est financée par des fondations privées, principalement par la FPH.